Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES PUBLICATIONS DE JEAN-LOUIS GARY

Présentation des livres et partage d'informations diverses

LES PUBLICATIONS DE JEAN-LOUIS GARY

LE BILLET DU 31 DÉCEMBRE 2018 Prévisions 2019 : Diviser pour demeurer.

LE BILLET DU 31 DÉCEMBRE 2018  Prévisions 2019 : Diviser pour demeurer.

LE BILLET DU 31 DÉCEMBRE 2018

Prévisions 2019 : Diviser pour demeurer.

Empêtré dans l’affaire Benalla, bousculé par les « gilets jaunes », ennuyé par les manques de résultats économiques, image ternie par des dérapages présidentiels… LREM vient de passer une année bien difficile et apprête sa stratégie pour 2019.

Faut-il s’attendre à un changement de cap ? Certainement pas. À un habillage nouveau assurément. En premier lieu, nous devrions assister à une attitude plus réservée du Président, suivie de propos plus mesurés de l’ensemble de la majorité, le tout sur un air antipopuliste pour bien montrer que seul LREM est capable d’assurer le maintien d’une démocratie sociale en France.

Et les « gilets jaunes » dans tout ça ? Les plus radicaux ne lâchent rien, ils sont toujours présents sur les « ronds-points », ils défient toujours les interdictions des préfets, et continuent de dérouler la longue liste de leurs revendications.

Le Président et l’exécutif jouent-ils la montre et le pourrissement ? Oui et Non.

Oui, parce que les actions de blocage, les opérations escargot ainsi que les débordements de violence récurrents et désormais inhérents à toute manifestation en France agacent de plus en plus de Français, même si dans le fond une majorité d’entre eux pensent pouvoir trouver un intérêt à ces manifestations de mécontentement, sans avoir à y participer. L’opinion étant versatile, il est fort à parier que cette sympathie ne rejoindra pas le soulèvement que certains manifestants souhaitent.

Sans aller jusqu’à l’extrême, cette sympathie pourrait-elle s’exprimer dans les urnes ?

C’est bien là que réside la nuance du « non, mais » de nos gouvernants. Si cette sympathie est capable de s’exprimer dans un vote, alors ils ont tout intérêt à favoriser l’éclosion d’une nouvelle force politique en France, celle des « gilets jaunes ». Convier des représentants à négocier autour d’une table, à échanger sur des évolutions sociales, c’est inclure le mouvement quasi anarchiste dans un premier temps dans la structure représentative.

Quelles seront les conséquences de cette évolution ?

Comme l’avait voulu François Mitterrand qui avait favorisé l’émergence du FN pour contrecarrer l’évolution de la Droite traditionnelle qui le mettait en difficulté, le Président va favoriser l’émergence de ce qui devrait devenir un énième parti qui affaiblira ceux qui n’ont pas su sentir la nature de ce vent de révolte qui naissait dans notre pays. Une frange des « gilets jaunes » devrait refuser de rentrer dans ce jeu politicien, mais ont-ils réellement le choix ? Marginalisés, et contraints à des actions plus « violentes » pour exister, ils devraient perdre la sympathie de la majorité silencieuse des Français.

In fine, avec un Parti Socialiste quasi inaudible, une France Insoumise que les réactions du leader ont desservie auprès du plus grand nombre, un RN dont le noyau de l’électorat est stable, mais les « affiliés » fragiles, le LR gangréné par des luttes intestines, un MODEM marié pour le pire et le meilleur à LREM… les élections européennes de 2019 devraient montrer un affaiblissement de LREM, mais en aucun cas un effondrement. La suite du quinquennat devrait se poursuivre avec quelques heurts ainsi que des tensions générées notamment par les mesures prises dans l’urgence en 2018 et qui pèseront sur la fiscalité, notamment des retraités et des classes moyennes qui seront une nouvelle fois sacrifiées. En conclusion, malgré les difficultés le cap sera conservé et l’opposition affaiblie, à moins qu’un vent de raison ne l’emporte et qu’en lieu et place des divisions des regroupements s’opèrent… Pour l’instant en dépit de quelques appels, rien ne va dans ce sens.

La France ressortira un peu plus contestataire et toujours plus divisée politiquement. Pour avoir voulu profiter des arrangements permis par notre système institutionnel et refuser de le faire évoluer, les différents gouvernements ont favorisé la désagrégation d’une grande partie de la société française et la constitution de groupes à tous les niveaux, dans toutes les strates et dans tous les domaines. La crise dépasse la dimension économique, ne se limite pas aux « gilets jaunes », car c’est la cohésion sociale et les valeurs républicaines qui sont désormais en cause. La spirale est engagée, la démocratie sera-t-elle assez forte pour l’arrêter ? Que sera la France de demain ? Quant à ceux qui pensent que l’échappatoire à ses problèmes  est l’Europe avec ses fondamentaux actuels et ses règles, je leur conseille de lire le livre d’Hélène Carrère d’Encausse : « L’empire éclaté ».

Il ne nous restera plus qu’à nous souhaiter une bonne année 2019 en cultivant les relations avec nos ami(e)s, en préservant le bonheur que nous pourrons trouver ou conserver et surtout la santé.

Pour le reste… Comme l’a écrit Horace : « Carpe diem »

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article