Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation des livres et partage d'informations diverses

LES PUBLICATIONS DE JEAN-LOUIS GARY

BULLETIN DU 25 SEPTEMBRE 2018 – Budget 2019 - Les retraités restent la cible du gouvernement.

BULLETIN DU 25 SEPTEMBRE 2018 – Budget 2019 - Les retraités restent la cible du gouvernement.

BULLETIN DU 25 SEPTEMBRE 2018 – les retraités restent la cible du gouvernement.

Le poids des retraites s’élevait en 2017 à 308.4 milliards d’euros soit 13.8 % du PIB (produit intérieur brut).

 

https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/retraites-les-francais-touchent-en-moyenne-1-389-euros-brut_2008990.html

 

La hausse de 1.7 % de CSG et la revalorisation des pensions limitée à 0.3 % soit une perte de 2 points par rapport à l’inflation amène à constater que les retraités constituent la plus grande contrepartie aux 6 milliards de réductions d’impôts puisqu’à eux seuls les retraités contribuent à hauteur d’environ 12 milliards à l’effort national. Ce ne sont pas les mesurettes qui allègeront les charges de 300 000 d’entre eux qui changeront la donne.

On pourra arguer de la suppression de la taxe d’habitation pour certains, mais on n’oubliera pas dans ce cas le déremboursement de médicaments dont ceux pour retarder les effets de la maladie d’Alzheimer qui touche principalement les vieux ( à titre d’exemple le médicament « Aricept » est passé de 25 € environ à plus de 45  depuis son déremboursement. Effet immédiat peu de personnes continuent à le prendre et pourtant il était efficace). Nous pourrions poursuivre le débat, mais force est de constater que le gouvernement manie la langue de bois, pratique avec constance la méthode « du disque rayé » en se basant sur les principes de la méthode Coué dont les effets d’autosuggestion sont bien connus et les persuadent du bienfondé de leurs actions.

Les faits sont têtus. Les retraités ont perdu plus de 12 milliards de pouvoir d’achat qui ne seront qu’hypothétiquement réinjecté dans l’économie d’autant que le gouvernement si prompt à donner des leçons est incapable de maîtriser le déficit budgétaire si ce n’est par les vieilles méthodes de l’impôt (direct ou indirect) supporté par les plus fragiles. Le changement est bien là.

 

Pourquoi le déficit budgétaire va encore s'aggraver https://www.challenges.fr/economie/pourquoi-le-deficit-budgetaire-va-encore-s-aggraver_614433 … via @Challenges

 

A force de manipulations le gouvernement tente et tentera de rendre la mariée plus belle (faire du window-dressing). La seule question est maintenant de savoir si les 16 millions de retraités seront dupes lorsqu’ils se retrouveront devant les urnes.

Tout ceci rappelle un extrait du « Diable rouge » écrit il y a 400 ans et qu’il suffirait de compléter.

https://blogs.mediapart.fr/m-bentahar/blog/230414/de-colbert-mazarin-les-classes-moyennes-ni-pauvres-ni-riches

En rouge et soulignés les propos rajoutés.

Colbert : Pour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J'aimerais que Monsieur le Président m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…

Mazarin : Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'État…, lui, c'est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.

Colbert :  Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables

Mazarin : On en crée d'autres. On fait varier les taux.

Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.

Mazarin : Oui, c’est impossible.

Colbert :   Alors, les riches ?

Mazarin : Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres

Colbert : Alors, comment fait-on ?

Mazarin: Colbert, tu raisonnes comme un pot de chambre sous
le derrière d'un malade ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! C'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser…c'est un réservoir inépuisable.

Il y a aussi les vieux. Ils perdent la mémoire, ils ont peur de la mort, ils n’ont plus ni la force ni l’envie de contester, et puis quand ils s’en apercevront dans quelques années une partie ne sera plus là.

 

https://www.valeursactuelles.com/economie/retraites-beaucoup-ne-seront-plus-electeurs-en-2022-parce-quils-seront-morts-dit-barbier-98485

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article